Pour endiguer la pénurie d’eau potable enregistrée à Kara et ses environs l’année dernière due à la forte demande suite à la canicule et aux changements climatiques, Les directeurs de la TDE et de la SP-EAU ont entrepris le 13 Mars 2020 une tournée pour constater l’avancée des travaux.

Les travaux lancés par la Togolaise des eaux s’inscrivent dans le cadre d’un ambitieux programme de renforcement de la desserte en eau potable dans les localités de la région de la Kara. Ce programme couvre six (6) préfectures à savoir Kozah, Keran, Dankpen,  Doufelgou,  Binah, Bassar et bénéficiera à terme à huit (8) localités qui sont Kara (camp Gal AMEYI), Niamtougou (Base chasse), Baga, Défalé, Kantè, Kémérida, Bassar et Guérin-Kouka.

Après le renforcement de la production par le raccordement de certains forages au réseau, la TDE s’est engagée dans la réalisation et la mise en service des forages à gros débit pour autonomiser certaines localités qui dépendaient du barrage de la Kozah.  Il a été retenu de doter ces localités de châteaux d’eau pour le stockage et la distribution d’eau potable.

Dans les huit (8) localités de la région de la Kara, le choix a été porté sur des réservoirs modulaires, une innovation technologique dans notre pays .Ces châteaux modulaires sont composés de panneaux de taille standardisée, faciles, économiques, écologiques et de qualité conforme aux normes de potabilités internationales. « C’est une nouvelle technologie avec beaucoup plus d’avantage que les réservoirs classiques en béton puisque, un des avantages c’est que ce réservoir peut être compartimenté, il est montable et démontable voir même le déplacer pour amener sur un autre site. Ce qui n’est pas le cas avec les réservoirs classiques. En terme d’économie, il est relativement moins cher que les réservoirs en béton » nous explique Monsieur KPANDJA Adoh le Directeur de planification à la TDE.

Pour le Directeur de la TDE Monsieur AYAWANKE WAKE  Gbati, c’est une satisfaction par rapport à l’avancement des travaux et cela permettra à la fin d’autonomiser les structures grosses consommatrices et surtout de vulgariser ces réservoirs modulaires au bénéfice des services d’eau potable des populations.

Il faut préciser que ces réservoirs modulaires sont montés sur des supports en béton armé avec des hauteurs comprises entre 12 et 15 m ou à même le sol avec une capacité de stockage de 50 à 300 mètre cube. Le coût de tous ces travaux de renforcement est estimé à environ un milliard (1.000.000.000)

Idrissou Nassirou & OURO-AGORO Rachid