Le conseil des chefs traditionnels et religieux de la région de la Kara était réuni le mardi 29 Décembre 2020 dans la Kozah pour la restitution des conclusions de l’atelier de Notsè notamment la déclaration de Notsè et son engagement additionnel. La rencontre entre dans le cadre des activités de protection de l’enfant. L’objectif était de renforcer l’engagement communautaire pour une meilleure protection de l’enfant. Le comité des chefs traditionnels et religieux qui a pris part à l’atelier de Notsè, a saisi l’occasion pour partager avec leurs pairs ce document qui porte sur la lutte contre la maltraitance et les mariages précoces des enfants.

« Nous avons fait certaines recommandations à l’égard de nous les chefs traditionnels et religieux ainsi que les maires. Lorsque nous voulons célébrer les mariages, il faut toujours demander l’acte de naissance pour s’assurer que ceux qui veulent contracter le mariage ont l’âge requis. En ce qui concerne la maltraitance des enfants, nous devons avoir l’œil sur les charlatans qui détiennent les enfants dits “enfants sorciers” pour qu’ils soient bien accueillis», a déclaré le président des chefs traditionnels de la Kozah, SAMA Batcharo.

La rencontre a reçu l’appui technique et financier du ministère en charge de l’Action Sociale en collaboration avec l’UNICEF. Elle s’est déroulée en présence du préfet de la Kozah. Le colonel BAKALI Hèmou Badibawou a exhorté les leaders communautaires et religieux à œuvrer pour la protection de l’enfant.

OUTOUN Napo et BOUKPESSI Hadarou

By tic tic

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *