CIPLEV 1

Dans le cadre de la prévention et de la lutte contre l’extrémisme violent pouvant conduire au terrorisme, le Comité Interministériel de Prévention et de Lutte contre l’Extrémisme Violent (CIPLEV) a organisé les 25 et 26 novembre 2021 à Kara, un atelier de formation sur le fléau. C’est à l’endroit de 50 professionnels des médias publics et privés et des organisations de la société civile de la région. L’objectif est d’amener les participants à maitriser la notion et les dynamiques de l’extrémisme violent, ses enjeux et les mesures prises par le Togo pour y faire face. Au total six modules ont permis aux hommes de médias et aux acteurs de la société civile de mieux maitriser les contours du phénomène.

« Le chef de l’Etat avait pris des dispositions pour qu’on mette une ceinture sécuritaire dans la partie septentrionale qui fait frontière avec le Burkina-Faso. En plus de cette disposition, il a pensé aussi qu’il fallait des mesures souples c’est-à-dire qu’il faut comprendre ce qui peut amener une population à se radicaliser. C’est ce qui a motivé la création du CIPLEV », a affirmé le ministre en charge de la sécurité, le Général de Brigade, YARK Damehane à l’ouverture des travaux.

Le présent atelier qui intervient après celui de Sokodé pour le compte de la région Centrale a reçu l’appui financier du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

Selon le représentant résident adjoint du PNUD au Togo, Mactar FALL, « Nous avons accompagné cet atelier pour que les professionnels de la presse et les acteurs de la société civile puissent disposer d’assez de connaissances sur cette problématique afin d’en faire une large diffusion ».

CIPLEV 2

Crée en 2019, le CIPLEV a pour mission entre autre d’œuvrer aux côtés des Forces de Défense et de Sécurité en identifiant les causes sous-jacentes de l’extrémisme violent dans les régions affectées en vue d’y apporter des solutions adaptées. Il s’agit également de renforcer les capacités des populations sur le phénomène, d’où la tenue de cet atelier de formation. La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence du préfet de la Kozah, le colonel BAKALI Hèmou Badibawou.

OUTOUN Napo  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *