La Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) avec l’appui  financier du programme des Nations Unies a organisé le 26 Mai 2021 au Palais des Congrès de Kara, un atelier régional à l’intention des Maires et leurs adjoints de la région de la Kara. Placé sous le thème «  Conséquence de l’irrégularité des actes d’État Civil et sur leurs  effets  négatifs sur  la jouissance des droits de l’homme, cet atelier a pour objectif d’améliorer chez les élus locaux, la procédure d’enregistrement des actes d’État Civil. En ouvrant les travaux, la présidente de la CNDH  Mme Nakpa Polo a indiqué que  le défaut d’enregistrement tout comme la délivrance d’acte irrégulier d’État Civil engendre de lourdes  conséquences sur la vie d’un individu.

Il est donc impérieux pour  les élus locaux d’avoir un regard attentif et bienveillant sur tous les agents d’État civil dans leur mairies et communes afin d’éviter des erreurs matérielles préjudiciables aux usages du service public. Pour la présidente de la CNDH les agents de l’État Civil doivent jouir d’une probité morale sans précédent pour éviter toute corruption et pots de vin dans la délivrance des actes. Ils doivent aussi bénéficier de formations initiale et continue pour être à la hauteur de leur mission. Le Directeur de la Carte Nationale d’Identité et du passeport à  la direction  générale de la documentation M. Akakpo Yaovi a détaillé aux participants les types d’irrégularités que l’on constate sur les actes d’État Civil. Le préfet de la Kozah BAKALI Hèmou Badibawou a pris part aux travaux de l’atelier.

KEGUEWE Sogoyou Yao et ATADEGNON Emédéssê

By tic tic

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *