7 minutes

Le processus de réparation des dommages causés durant les troubles socio- politiques dans notre pays se poursuit à travers tout le territoire. Une nouvelle phase d’indemnisation des victimes a été lancée le mardi 16 novembre 2021 par le Haut Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN). La présente opération d’indemnisation revêt un caractère particulier car elle concerne non seulement les victimes ayant fait des dépositions devant la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR), mais aussi celles ayant fait des dépositions devant la Commission Nationale Spéciale Indépendante créée en 2005.

« Cette commission créée en 2005 fut à l’époque dirigée par le premier ministre Joseph Kokou Koffigoh. Pour le chef de l’Etat, les victimes de cette période qui n’ont pas fait de déposition à la CVJR doivent être prises également en compte», a expliqué le 1er rapporteur du HCRRUN Docteur WIYAO Evalou.

Dans la région de la Kara, le HCRRUN prévoit indemniser les victimes issues des préfectures d’Assoli, de Bassar, de la Binah, de Dankpen, de Doufelgou, de la Kéran et de la Kozah soit environ deux mille victimes.

Selon le 1er rapporteur du HCRRUN Docteur WIYAO Evalou, : « Ces réparations visent à inciter au pardon mutuel mais avant tout c’est un mécanisme qui consiste à reconnaître le statut de victime de tous ceux qui ont souffert en reconnaissant leur statut et demander pardon. Il s’agit d’amener les autres couches sociales à demander pardon et à se pardonner mutuellement ».

Abordant dans le même sens, le 1er adjoint au maire de la commune Kozah 1, TATA Badabo Kèlème a salué l’initiative du chef de l’Etat pour avoir mis en place le processus de réparation qui faut- il le souligner ne consiste pas à remuer les plaies mais conduit à reconnaître la nécessité du vivre ensemble.

Germain TCHAFALO et OUTOUN Napo      

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.